Membres

CEPN
phe
IRSN
INRS
corpar
sfrp
ceainstn


Soutiens

logo-ean
Ministère de la Santé du Grand Duché du Luxembourg
SRP
Fiches - Médical & Vétérinaire Médecine nucléaire Contamination d'une technicienne avec du technécium 99
Contamination d'une technicienne avec du technécium 99 PDF Imprimer Envoyer

drapeau francais Fiche issue d'un incident français

icon Contamination d'une technicienne avec du technétium-99

Circonstances

Lors de la préparation, dans le laboratoire "chaud" d'un service de médecine nucléaire, d'une seringue contenant 925 MBq (25 mCi) de Tc-99m et destinée à un patient, une technicienne a été contaminée. En voulant désolidariser l'aiguille de la seringue, la technicienne a laissé tomber cette dernière sur le chariot de préparation. Le choc a provoqué des projections de Tc-99m sur le visage, les yeux, les vêtements de la technicienne ainsi qu'au sol et sur le chariot de préparation.

Immédiatement alertée, une infirmière de la médecine du travail lui a conseillé de prendre une douche dans les plus brefs délais.

La technicienne se trouvait dans le service pour aider une collègue débordée alors que, ce jour-là, elle était normalement au repos. Cela peut expliquer pourquoi elle ne portait, lors de l'incident, qu'une blouse de protection avec, au-dessous, ses habits de ville.

Après sa douche, la technicienne a, dans un premier temps, remis ses vêtements contaminés. Elle s'est ensuite changée avec des vêtements de travail propres qu'on lui avait apportés. Toutefois elle a gardé ses bijoux qui eux aussi étaient contaminés par les projections.

Sur les conseils de l'IRSN, les vêtements contaminés ont été déposés dans la chambre des déchets radioactifs et la technicienne a été invitée à effectuer des examens le plus rapidement possible étant donnée la courte période du technétium métastable (6 heures).

La décontamination du sol du laboratoire "chaud", du chariot et des meubles attenants a été effectuée sans grande difficulté.

Conséquences radiologiques

L'examen d'anthropogammamétrie réalisé sur la technicienne, quatre heures après l'incident, a montré une contamination résiduelle non négligeable (1600 kBq) à la fois interne et externe. Ce résultat a été obtenu après avoir enlevé les vêtements, sous-vêtements et bijoux tous contaminés.

Compte tenu de la période du Technétium, la contamination résiduelle maximale peut être estimée à 2500 kBq et représente, dans l'hypothèse conservative d'une contamination exclusivement interne, un peu moins de 1/500ème de la limite annuelle d'incorporation pour les travailleurs de catégorie A (LAI(1) =1,2.106 kBq). Le même examen a été réalisé le lendemain de l'incident et a montré une contamination interne (31 kBq); de plus, il persistait une contamination résiduelle des mains.

Si on émet l'hypothèse extrême que toute l'activité de la seringue (925 MBq) soit incorporée (inhalation et ingestion confondues), la dose estimée correspondante serait de 15,5 mSv* et serait presque égale à la limite réglementaire d'exposition (20 mSv).
(1) Relative au décret 86-1103 du 20 octobre 1986 qui a été abrogé.

* Coefficient de dose efficace = 2,0.10-11 Sv/Bq (CIPR 72, coefficient recommandé par la directive EURATOM 96-29)

Leçons à tirer de l'incident

Les contraintes de travail ne doivent pas “ autoriser ” à passer outre les bonnes pratiques de laboratoire (cf. protocole de préparation d’une seringue ci-après).

Les bonnes pratiques de laboratoire (BPL) interdisent de travailler en tenue de ville et de porter des bijoux pendant la manipulation de sources radioactives non scellées.

Ces même BPL recommandent le port des gants. Il faut rappeler que le port de lunettes de protection permettrait d'éviter les projections dans les yeux.

Des vêtements et des sous-vêtements de travail de rechange devraient être disponibles en cas de contamination des vêtements d'un membre du personnel.


Conduite à tenir en cas de contamination individuelle :


A. Pour la personne accidentée :

  1. Prévenir la personne compétente en radioprotection.
  2. Prévenir le médecin du travail.
  3. Débuter une collecte des urines de 24 heures pour les examens radiotoxicologiques.
* En cas de contact avec un liquide radioactif :
- Laver la zone avec de l’eau sans brosser (prendre une douche si besoin) ni frotter pour éviter toute irritation de la peau.
- Si un vêtement est contaminé, l’éliminer en tant que déchet solide radioactif (ou bien l'entreposer dans le local à déchets pendant une période suffisamment longue pour faire décroître la radioactivité).
- Mettre des vêtements non contaminés.
- En cas de contamination oculaire, laver avec du sérum physiologique (ou avec le rince visage d’urgence).
* En cas de contamination interne par ingestion :
- NE PAS FAIRE VOMIR car cela ferait remonter la contamination au niveau des voies aéro-digestives supérieures retardant l'élimination du radio isotope par l'organisme et donc exposant ce dernier à une dose engagée plus importante et à des lésions de l'œsophage.


B. Pour les autres membres du personnel :

  1. Éviter de pénétrer dans la pièce avant la décontamination.
  2. Mettre des sur-chaussures pour décontaminer la pièce.
  3. Vérifier l'activité des chaussures de tous les membres du personnel ayant travaillé dans le local avant la décontamination.

Protocole de préparation d’une seringue en médecine nucléaire

1) Avant toute manipulation :

- Revêtir la tenue vestimentaire hospitalière.

- Port d’un dosimètre individuel au niveau de la poitrine et du poignet (éventuellement le dosimètre bague TLD).
- S’il n'y a pas de hotte pour la manipulation, mettre le tablier de plomb puis sur blouse.
- Enfiler une paire de gants recouvrant le bord des manches de la sur blouse.

2) Pendant la manipulation :

S’éloigner des sources et manipuler rapidement.


- Phase de préparation :

Réactive : trousse qui est le vecteur ayant une affinité préférentielle pour l’organe à explorer (MEDROSIS pour la scintigraphie osseuse).
Ampoule de soluté injectable de chlorure de sodium à 0.9 %.
Éluat de Tc99m-pertechnétate de sodium.
Matériels : protection plombée
seringue de 5 ml
seringue de 2 ml
aiguilles stériles

- Phase de reconstitution :

Placer un flacon de MEDROSIS dans une protection de plomb.
Désinfecter le bouchon avec de l’alcool isochronique.
Prélever stérilement avec une seringue de 5 ml la quantité de Tc99m nécessaire et compléter à 5 ml avec du sérum physiologique.
Introduire sans prise d’air dans le flacon le volume de Tc99m et prélever un volume équivalent de gaz a fin d’éviter toute surpression dans le flacon.
Agiter pendant 2 minutes.
Laisser reposer la solution 15 minutes entre la reconstitution et l’injection.
Prélever l’activité demandée dans une seringue de 2 ml.

3) Phase d’injection :

- Prendre la seringue correspondante au patient :

Nom et prénom du patient.
Radio Pharmaceutique à injecter.
Activité à injecter.

- Installer un cache plombé.
- Ajuster une aiguille à la seringue.
- Ponction et injection (intraveineuse directe ou via un cathéter).
- Éliminer le matériel souillé dans une poubelle plombée.
- Nettoyer et désinfecter le matériel réutilisable.
- Décontaminer le protége seringue

icon Contamination d'une technicienne avec du technétium-99

 

0 Comments

Add Comment


    • >:o
    • :-[
    • :'(
    • :-(
    • :-D
    • :-*
    • :-)
    • :P
    • :\
    • 8-)
    • ;-)

     
    RocketTheme Joomla Templates